Quel est le niveau d’un BEP ?

2
Partager :

20 % de la population âgée de plus de 25 ans ont un diplôme supérieur à celui du baccalauréat 2 et la moitié ont un maximum de certificat de formation professionnelle (BEP), selon les données de l’enquête sur l’emploi 2019 de l’Insee. Dans le débat public, le niveau d’instruction des personnes quittant le système éducatif (les jeunes générations) est souvent confondu avec celui de l’ensemble de la population, toutes générations confondues. Par exemple, chez les enfants âgés de 25 à 29 ans, la proportion de diplômés ayant dépassé le baccal 2 est de 36 % et ceux qui ont obtenu un BEP au mieux 30 %. L’indicateur pour l’ensemble de la population comprend les générations plus âgées et beaucoup moins instruites. Seulement 20 % des jeunes nés au début des années 1950 ont obtenu un baccat, contre 80 % aujourd’hui, toutes les sections confondues.

A lire également : C'est quoi un titre professionnel de niveau V ?

Bien sûr, le diplôme ne résume pas le niveau de formation. Avec le âge, ces générations ont acquis de l’expérience, se sont formés ou au travail. La vérité est que la société française se compose d’une grande majorité de personnes qui n’ont pas eu accès à l’enseignement supérieur, souvent oublié dans les milieux de troisième cycle. Même chez les jeunes, 30 % restent un peu diplômés, au mieux du PEP – et l’accès à l’enseignement supérieur est loin d’être généralisé. Cette différence entre la réalité du niveau de diplôme de la population et l’image des diplômés les plus élevés explique un certain nombre de malentendus, notamment entre le personnel politique et les classes populaires.

Lire également : Qui fait les lunettes ?

Une élévation sur une longue période

Au fil du temps, le niveau de formation s’est nettement amélioré 1. Les trois quarts des générations nées à la fin des années 1910 n’avaient pas de diplôme. C’était le cas pour près de la moitié des générations de début des années 40. Jusqu’aux générations nées à la fin des années 1930, posséder un diplôme d’enseignement supérieur est resté très marginale. La proportion s’élève ensuite à plus de 40 % pour les générations nées à la fin des années 70, puis stagne pour les personnes nées au début des années 80.

Source : Insee, « L’économie française », édition 2011.

Notes :

  1. Voir : « Les inégalités entre les générations du baby-boom », dans L’économie française, édition 2011, Insee.

Partager :