Quelle est l’importance de la photographie post-mortem de nos jours ?

142
Partager :

L’idée de photographier les personnes décédées semblait avoir disparu. Mais depuis peu, de plus en plus de personnes répandent cette pratique.

Bien qu’on n’en parle pas beaucoup en France, la photographie post-mortem fait son grand retour. Pour certains, cela peut sembler triste ou bouleversant, mais pour d’autres, la photographie post-mortem a apporté un grand soulagement aux proches du défunt pendant la période du deuil. À une certaine époque, la photographie post-mortem faisait partie de la culture, principalement celle des Américains et des européens. Dans cet article, nous allons parler de la photographie post-mortem, une pratique qui revient en force à la mode de nos jours, lorsqu’on pensait que ce n’est qu’une vieille tradition.

A découvrir également : Comment se fait un divorce à l’amiable ?

Ces photos des morts aidaient beaucoup à supporter la douleur du deuil. Elles ont aussi aidé à garder des souvenirs de l’apparence de la personne décédée à une époque où la photographie n’était pas si courante. En d’autres termes, la photo post-mortem d’un bébé ou d’un parent pouvait être la seule image que les descendants auraient de l’image de la personne, et pouvait très souvent être la seule image qui rappellerait le visage du défunt.

C’est quoi la photographie post-mortem ?

Pour le dire le plus simplement possible, c’est le fait de prendre des photographies d’une personne décédée. C’est une pratique qui s’est fortement répandue au 19e siècle, principalement dans les régions anglophones, et les professionnels de la photographie à cette époque recherchaient toujours le moyen idéal de garder un souvenir de la personne décédée pour ses proches.

A découvrir également : Comment envoyer une carte postale personnalisée pour la naissance d'un bébé ?

Quand la photographie post-mortem est-elle apparue ?

La photographie telle que nous la connaissons aujourd’hui est devenue disponible dans le commerce dans les années 1839. L’invention du daguerréotype a permis aux familles de pouvoir garder avec eux des souvenirs de leurs membres de famille décédés. Dans certains cas, c’étaient les seules photographies que possédait toute la famille. Cependant, ce type de photographie était très coûteuse, car il impliquait des images très détaillées.

C’est en ces mots que Dan Meinwald explique dans son livre « Memento Mori : Death and Photography in Nineteenth Century America » : prendre une photo de portrait d’un défunt était une occasion mémorable. Les résultats ont eu une importance pour les personnes jusqu’au 20e siècle, après que la photographie ait cessé d’être quelque chose d’assez onéreuse. Une photographie était une expression d’identité et de valeur individuelles.

Une photographie post-mortem, qui représentait la perte d’un individu, avait une valeur bien au-delà d’une simple photo ordinaire.

Pourquoi photographier les morts ?

Le but de la photographie post-mortem à l’époque était que les vivants et autres membres de la famille du défunt puissent avoir un dernier regard sur l’image de la personne disparue. Créer des masques mortuaires tirés directement du visage d’un cadavre était une autre façon d’honorer les morts. Bien que les photos puissent sembler effrayantes et dérangeantes pour certains, elles aidaient cependant de nombreuses familles à pleurer et à se souvenir de ceux qui leur sont encore chers et qui sont désormais dans l’au-delà.

Une autre chose importante à considérer aussi est de retenir une image de ceux qui quittent ce monde très tôt, et que seules ces photographies servent à se souvenir d’eux et de pouvoir raconter leur histoire. C’était souvent la seule représentation que certaines familles avaient sur la vie de leurs proches décédés.

De nos jours, et d’une certaine manière, les photos post-mortem sont aussi une manière de rendre un hommage mérité à la personne décédée.

Comment les photographes prennent des photos post-mortem ?

La photographie post-mortem implique de nombreuses techniques et styles différents. La plus simple est de photographier un corps allongé dans une position de sommeil naturel, cela peut être dans un lit ou dans un berceau.

Parfois, les membres de la famille tiennent le corps ou même le soutiennent sous une chaise. Dans certains cas, le photographe peut photographier le corps dans son cercueil. Les photographes dépeignent parfois le défunt comme s’il était vivant sur la photo, comme s’il semble dormir.

L’idée de la photographie post-mortem de nos jours peut sembler non conventionnelle, voire morbide pour certains, puisque la photographie est déjà très courante et fait partie du quotidien. Alors, pourquoi garder la photo d’une personne décédée alors qu’on peut très bien retenir un plus beau souvenir de son image ?

Nous vivons à une époque où tout le monde peut être photographie pendant les plus beaux moments de sa vie. Il est plus facile pour un membre de la famille endeuillée de retenir une meilleure image de la personne décédée. En plus, avec les réseaux sociaux, il est plus facile d’aller sur le profil d’un réseau social de la personne pour se souvenir de lui.

Quel est le rôle de la photo funéraire de nos jours ?

Lors des cérémonies funéraires, les photos du défunt sont très souvent utilisées, et ce sera ainsi pendant toutes les étapes du processus du deuil et même pour des rites funéraires. Des monuments funéraires sont très utilisés pour garder un souvenir plus agréable de la personne décédée. C’est ainsi que sur le site https://lesplaquesdespetitsanges.com par exemple, vous pouvez commander une plaque funéraire entièrement personnalisée avec la photo du défunt pour les cérémonies funéraires de l’être cher disparu.

Pour l’organisation des funérailles, les photographies du défunt se retrouvent partout, et c’est une manière très pratique de lui rendre un dernier hommage qu’il mérite. Bien entendu, vous pouvez y insérer une plaque funéraire avec la photo de la personne décédée sur la stèle ou même sur la pierre tombale, non seulement pour des rites funéraires, mais aussi pour rappeler à tous une meilleure image de celui qui y repose, avec un message à l’endroit de l’être cher. En fonction du matériau, cette plaque mortuaire peut durer aussi longtemps, des dizaines, voire des centaines d’années, en restant toujours aussi intactes et surtout, ne nécessite pas forcément un entretien rigoureux, juste un bon nettoyage environ une fois par an. Si vous désirez savoir comment entretenir une plaque funéraire avec photo, nous avons fait tout un article sur le sujet. Nous vous conseillons tout simplement de commander une faite avec un matériau de qualité.

La plaque funéraire avec photo d’un défunt aura de nombreux avantages, en même temps pour les membres de la famille que pour le défunt lui-même. En ce qui concerne les avantages de l’utilisation des plaques funéraires personnalisées, vous trouverez sur certain site  site de nombreuses informations sur le sujet, et pouvez commander en toute sécurité une qui vous satisfait vraiment, afin que vous puissiez accompagner votre proche décédé de la plus belle des manières vers sa dernière demeure.

Quelle est la place de la photographie post-mortem de nos jours ?

C’est aux USA que la photographie post-mortem semble faire son grand retour. Le fait d’exposer le défunt dans son domicile sur son lit de mort est une pratique qui fait un grand retour en force. La particularité avec notre mode de vie moderne est que ces photos sont facilement et rapidement publiées et partagées sur les réseaux sociaux.

Une histoire récente aux USA sur la photographie post-mortem s’est retrouvée dans le New York Time, où Louise Rafkin a partagé une photo de sa maman décédée sur son lit de mort pour annoncer sa mort. La publication a suscité des réactions, souvent négatives, mais de nombreux internautes ont plutôt réagi positivement à cette publication, qui a suscité plus de 4 000 commentaires, où de très nombreuses personnes ont d’ailleurs complimenté la présentation de la défunte.

C’est dire que la société évolue et certains ne voient plus la photographie d’une personne décédée comme quelque chose d’anormal ou de morbide, car dans tous les cas, la mort est la seule certitude de la vie et il vaudrait mieux considérer la mort comme faisant partie de la vie.

Pour les professionnels de la photographie post-mortem, l’objectif de ce type de photographie est exactement la même qu’il y a plusieurs centaines d’années, lorsque la photographie faisait son apparition. C’est juste le contexte et les formes qui peuvent changer. C’est une manière de symboliser la transition de la personne décédée en tant que personne vivante à son état de souvenir, bien qu’on ait toujours des photographies des meilleurs moments de sa vie.

Il est important de le savoir, ce n’est pas seulement dans les pays anglo-saxons que cette pratique revient en force. En France aussi, c’est une pratique qui, bien qu’étant encore anormale auprès de beaucoup, commence à prendre forme, et certains professionnels de la photographie s’y intéressent, pour que les proches aient une meilleure image de l’être cher, même sur son lit de mort.

En conclusion

La photographie post-mortem est un sujet qui semblait appartenir à l’histoire, mais depuis quelques temps, elle refait surface, bien que créant de nombreuses controverses. Même si la photographie était encore à ses débuts et le fait de photographier un cadavre humain paraissait assez exagéré, souvent juste dans le but de conserver un souvenir de l’image du défunt, de nos jours, le but de cette pratique aujourd’hui n’a pas complètement changé, et les personnes préfèrent retenir une meilleure image de l’être cher. Photographier une personne dans son lit de mort peut être quelque chose de morbide selon certains, mais cela peut aussi être une manière pour d’autres de rendre un dernier hommage au défunt, en conservant des photos de la personne jusqu’à ses derniers moments sur la terre.

Partager :