Qui fait les lunettes ?

11
Partager :

Comment créer une collection de lunettes ? Les premiers verres correctifs ont été imaginés à la fin du XVIIIe siècle… et depuis, ils ont bien changé.

Des outils pratiques, ils sont passés à l’équipement d’accessoires médicaux. Aujourd’hui, en France, 76% de la population porte des lunettes, correctives ou appelées « repos ». Au fait, tout le monde porte des lunettes de soleil.

A lire aussi : Qu'est-ce qu'un niveau V ?

Alors que les lunettes ont une utilisation pratique de la correction (et le confort visuel qu’elles apportent devrait prévaloir sur tout le reste), ils sont néanmoins des accessoires à la mode essentiels. En été et en hiver, c’est la première chose que les gens voient sur toi. Choisissez soigneusement ! Si vous n’êtes pas très assis avec votre sélection, découvrez ici quelles lunettes de soleil vous conviennent le mieux selon que vous êtes un homme ou une femme ou comment choisir un cadre adapté à votre physionomie.

Qui dit accessoires de mode dit processus créatif ! Découvrez maintenant comment nos collections de lunettes sont imaginées et comment naissent.

A lire également : Quel est le niveau d'un BEP ?

Le processus créatif qui donne naissance à une paire de lunettes

Tout commence par ce qu’on appelle un moodboard.

Un moodboard pour composer une âme dans votre collection

Un moodboard est une peinture dans laquelle le designer mettra toutes ses sources d’inspiration. Mais ils peuvent être nombreux, et souvent les bureaux d’études se moquent du papier imbroglio qui fleurit là-bas ! Tout peut être inspirant : art, architecture, design… Mais aussi et surtout la mode ! Par conséquent, de nombreux concepteurs de lunettes et de lunettes de soleil accordent une attention particulière aux défilés de la semaine de la mode et aux prédictions des livres tendance.

Une époque peut aussi être une source d’inspiration ! Les années 1960 sont caractérisées par une vague plutôt élégante et stricte tandis que les années 1980 inspirent des cadres glamour ou excentriques…

Au concepteur pour absorber l’atmosphère déchaînée par son moodboard. Quand vous pensez que ont assez de matériel, la deuxième étape peut commencer.

Le projet de la collection : un dessin qui donne le « LA »

Au crayon, ainsi qu’un artiste-peintre ou un couturier, le concepteur dessinera toutes les formes qui passent à travers sa tête. Les premières ébauches sont souvent abandonnées : trop difficile à réaliser, trop cher, impossible à assembler matériellement, problème de résistance…

La phase de dessin peut durer longtemps et passe par plusieurs étapes de tri. Chaque cadre doit correspondre à l’image de la marque, ainsi qu’il devrait s’intégrer dans la cohérence globale de la collection… Il doit aussi être porteur d’une véritable promesse de vendre. Souvent, les collections sont destinées à un public spécifique, le concepteur doit s’assurer qu’ils lui plairont.

De la même manière, le dessin doit répondre à un certain nombre de normes : jauge standard de verres, bonne taille du pont…

Création d’une première maquette

Une fois que tout le monde est satisfait et que les dessins sont prêts, un prototype est commandé. Il y a deux cents ans, la France était le meilleur fabricant de lunettes en Europe… Aujourd’hui, les meilleurs sont les Japonais, ou Coréens, qui excellent dans le travail de matériaux particulièrement techniques. Certains des designers exclusifs proposés par Optic Duroc ont opté pour une production japonaise de haute qualité.

Le prototype arrive enfin au bureau d’étude, c’est l’effervescence ! Il passe de main en main, du nez au nez, sous l’œil expert du designer… Qui décidera si le prototype deviendra la prochaine paire de lunettes à la mode que tous les utilisateurs de lunettes attendaient ou s’il finira en ferraille !

Tous les prototypes sont-ils validés ? Donc la collection verra le jour, c’est juste pour commencer la production.

Le matériel

Tout processus de création est soumis à certains restrictions. Temps, budget… Mais aussi du matériel et des matériaux ! Dans le monde de l’optique, quels sont les matériaux les plus courants et les plus demandés ?

Le plus souvent, les cadres de lunettes sont en métal ou en plastique, bien qu’il y ait aussi du bois. Attention, le plastique n’est pas synonyme de médiocrité ! Aujourd’hui, l’acétate garantit une solidité surprenante et permet des variations presque infinies de couleurs et de motifs. En passant, il est recommandé d’acheter uniquement des cadres en plastique pour les enfants, qui pourraient être blessés avec du métal.

Métal pour des montures intemporelles

Le métal est un matériau souvent utilisé par les grandes marques : tout le monde connaît le modèle intemporel de la marque Ray Ban !

Si les cadres sont parfois en plastique, le métal et l’acier sont encore des éléments indispensables du cadre. Ils composent les manches de certaines paires, petite branche dure qui pénètre dans les branches pour les solidifier, et les charnières, qui sont les petits écrous qui permettent l’ouverture et la fermeture des branches du cadre.

Les métaux permettent également certains biais de conception. La marque exclusive Kiyoshi Takumi propose, par exemple, des montures plaquées or en Optic Duroc !

Acétate : un matériau qui révolutionne le monde de l’optique

Comme nous l’avons dit, l’acétate permet un déclin des nuances, des couleurs et des motifs étonnants. Depuis son introduction sur le marché de l’optique, il s’est constamment amélioré pour assurer aujourd’hui des cadres solides, légers et fonctionnels.

Le choix de la couleur ou du motif est fait dans un catalogue ou par comparaison d’échantillons, présentés sous forme d’échantillons de tissu ou de pantons. C’est la Manufacture qui fabriquera le cadre qui propose ses gammes de couleurs : une autre restriction pour le concepteur !

Maintenant que vous savez tout sur le processus créatif entourant la naissance d’une collection de lunettes ou de lunettes de soleil, vous serez d’accord avec nous : quand sont-ils les défilés de monts ! ?

Partager :